Extraits de revue de presse

 

 

« Le chant des Poètes ne manque pas de séductions, ne serait-ce que par l'intelligence qui a présidé à la conception du programme. Il y a, dans cette réalisation soignée dont il faut saluer l'attention portée à la lisibilité textuelle et à l'équilibre voix/instruments, une distinction qui rend parfaitement compte de l'esprit du cercle brillant du mécène sans pour autant faire l'impasse sur l'expressivité indispensable dans ces musiques empreintes de la nouvelle sensibilité qui se développait en Italie. »

Passée des arts, J-Christophe Pucek, Octobre 2014, disque Le chant des poètes.

 

« Son chef insuffle aux discophiles tout son enthousiasme pour la musique du XVIe siècle : une réussite du genre associant littérature, musique et histoire. »

L’Éducation musicale, Newsletter, 04/2014, Édith Weber, Le chant de poètes

 

«  C’est précisément cet enthousiasme que ce remarquable chef obtient de ses chanteurs et instrumentistes, entousiasme associé à la sobriété, la transparence et la finesse indispensables à l’interprétation de la musique à la charnière entre le XVe et le XVIe siècle. »

L’Education musicale, Newsletter, 02/2011, Édith Weber. France 1500.

 

« Quel programme! L’Ensemble Enthéos, dès les premières mesures, nous transporta dans ce langage amoureux. On aurait pu entendre les anges soupirer. La diversité des instruments, le langage tantôt en contrepoint, tantôt proche du médiéval a permis de varier les climats sonores où les paroles ont été merveilleusement mises en valeur. Nulle emphase, ou caricature, le ton, d’entrée, est juste.

Le joueur de luth, Décembre 2010, Didier Jarny, Un cabaret Renaissance

 

« Benoît Damant a rassemblé un ensemble excellent et l’interprétation est très aboutie et le son est étonnamment ample. La qualité de l’œuvre elle-même est également considérable. C’est un enregistrement important, bien au-delà de son importance pour le monde des cuivres anciens en raison de la présence de types rares de cornets »

Serpent Newsletter (USA), Avril 2010, Paul Schmidt. Requiem pour Claude de Lorraine

 

« Il faut souligner le beau travail de mise en place de ces polyphonies où les voix s’entrecroisent, se distinguent et parfois fusionnent en saisissant littéralement l’attention des spectateurs. Au milieu du spectacle, un moment particulièrement envoûtant : deux œuvres de Jacques Arcadelt. »
Le joueur de luth, juin 2009. La Reine et le Poète.

 

« Benoît Damant ne se contenta pas de la présentation du programme du concert auquel il est venu inviter les jeunes et leurs familles ; il a su intéresser son auditoire en le restituant dans le contexte de l’époque de la Renaissance, allant jusqu’à expliciter les choix des voix et des instruments. Bien entendu, le musicien a initié les jeunes choristes à cette musique ancienne, ils ont goûté et apprécié ! »

L’Est Républicain, 23/04/09. Un cabaret Renaissance en Lorraine.

 

Lors de son émission Note contre note, Martine Kaufmann a diffusé près de 20 minutes de notre disque. L’émission était consacrée à Marie Stuart, petite fille de Claude de Lorraine.
Émission Note contre noteFrance Musique, Martine Kaufmann, 3 janvier 2009.

 

« C’est magistral... d’un niveau ultra-professionnel... Un ensemble absolument génial. »

Emission Carnets de campagne, France Inter, Philippe Bertrand, 15 octobre 2008.

 

« La partition dormait dans une bibliothèque de Munich. Un jour, un musicologue nancéen, Pascal Desaux, en fait une transcription. Benoît Damant, un jeune musicien en a eu connaissance. Et voilà comment une œuvre importante sort de l’ombre. Le requiem de Pierre Cléreau est en cours d’enregistrement par Benoît Damant et son ensemble Entheos. »

Le républicain lorrain, 3/06/07. Requiem pour Claude de Lorraine.

 

« Des sonorités exceptionnelles, notamment de cornets, ténor de viole, basson renaissance, orgue historique... recréent parfaitement l’atmosphère spécifique de ce programme original, grâce à l’Ensemble Entheos, placé sous la direction de Benoît Damant. »
L’Education musicale, lettre d’information, février 2008, Édith Weber. Requiem pour Claude de Lorraine.

 

« Les voix sont splendides (...). Ce quatuor masculin où les voix aiguës et les voix graves s’équilibrent est d’un effet prodigieux dans les moments les plus pathétique de cette messe funèbre. Elles sont soutenues par des instrumentistes d’une grande qualité. Pierre Cléreau, ce grand musicien, à peine nommé dans les histoires de la musique, nous a été révélé. »

Revue Europe, Béatrice Didier. Requiem pour Claude de Lorraine.

 

« Ce concert était mené par les musiciens d’Enthéos qui ont interprété avec beaucoup de talent, des pièces profanes en français évoquant la vie de Louise de Lorraine. [...] C'est avec beaucoup de grâce

et de charme, que les musiciens ont interprété ces compositions. »

L'Est Républicain, 31/05/08. Louise de Lorraine. 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Entheos